Les vidéos et webcams en direct porno blacks et africaines

Articles Gays Trans Vidéos Porno

La Tanzanie et les pays africains contre la pornographie et contre l’homosexualité

Le gouvernement tanzanien a mis en place un comité chargé d’enquêter sur les personnes impliquées dans le commerce du sexe, notamment les homosexuels et les propriétaires de maisons de passe, et d’enquêter sur ces affaires.

La création d’un comité de 17 membres a été annoncée mercredi par le commissaire régional de Dar es-Salaam, Paul Makonda.

Le comité, qui comprend des officiers de police, des psychologues, des membres de l’Autorité de réglementation de la communication de Tanzanie et du Tanzania Film Board, doit commencer ses travaux le 5 novembre.

Les gens doivent s’assurer d’avoir supprimé les images pornographiques de leur téléphone, car je ne voudrais pas voir une personnalité publique arrêtée à cause des images incluses dans son téléphone.

Supprimer la pornographie des téléphones !
S’exprimant lors d’une conférence de presse, Makonda a appelé tous les Tanzaniens à supprimer tout matériel pornographique de leur téléphone dans le délai d’une semaine.

Les gens devraient s’assurer d’avoir supprimé les images pornographiques de leur téléphone, car je n’aimerais pas voir une personnalité publique arrêtée en raison de photos incluses dans son téléphone, a averti Makonda.

Il a ajouté que le gouvernement intervient car le commerce du sexe risque de nuire au développement du pays.

Signaler les homosexuels !
Makonda a également appelé les Tanzaniens à dénoncer les homosexuels afin qu’ils puissent être arrêtés dès la semaine suivante.

«Ces homosexuels s’en vantent sur les réseaux sociaux. À partir d’aujourd’hui donnez-moi leurs noms », a-t-il demandé à ses électeurs.

Le gouvernement tanzanien, dirigé par le président John Magufuli, avait auparavant mis en garde contre des mesures drastiques contre les homosexuels dans le pays.

En Tanzanie, l’homosexualité est un crime punissable d’une peine minimale de 30 ans et pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement à vie.

Makonda a exhorté les Tanzaniens à soutenir la campagne contre l’homosexualité qui, selon lui, “viole les valeurs morales des Tanzaniens et de nos deux religions, le christianisme et l’islam”.

«Je sais que lorsque je dénoncerai l’homosexualité, il y aura des pays qui seront fâchés contre moi. Mais je préférerais affronter la colère de ces pays plutôt que le dieu de la colère », a poursuivi Makonda.

Voilà ou en est en 2019 la Tanzanie .. Il y a du chemin à faire, on parle dans le monde de droits de l’humain, de liberté, etc.. ?

Rafiki est un film kenyan qui devrait être une source de fierté pour de nombreux africains, puisqu’il est entré dans l’histoire en devenant le premier film kenyan à être invité au Festival de Cannes. Le film aura sa première mondiale dans la prestigieuse série Un Certain Regard. Adaptation de la nouvelle, Jambula Tree, lauréate du prix Caine 2007, de l’écrivaine ougandaise Monica Arac Nyeko, raconte l’histoire de deux femmes, issues de familles divisées par des rivalités politiques, qui deviennent des amis proches, puis des amantes, au mépris des valeurs conservatrices de leur société.
Malheureusement, la plupart des Kenyans ne pourront pas regarder le film.

Le gouvernement kenyan a interdit le film, l’accusant d’avoir «une intention claire de promouvoir le lesbianisme au Kenya, contrairement à la loi». La réalisatrice Wanuri Kahiu a confirmé l’interdiction à ses fans et a déclaré qu’elle était «incroyablement désolée».

L’interdiction est intervenue quelques jours à peine après une interview de CNN avec le président kényen Kenyatta, qui a réitéré la position du pays sur l’homosexualité, affirmant qu’elle allait à l’encontre des croyances culturelles de la majorité des Kenyans et que les droits des homosexuels n’étaient pas une question brûlante pour le Kenya.

Tous les Kenyans partagent-ils les sentiments de Uhuru Kenyatta sur l’homosexualité ?

Il est vrai que l’homosexualité est un sujet tabou non seulement en Afrique, mais également dans d’autres parties du monde. Mais les films africains explorant ce genre de sujets tabous sont loués à l’étranger et interdits chez eux.

Inxeba (The Wound), d’Afrique du Sud, sélectionné pour un Oscar dans la catégorie des langues étrangères, est un autre exemple de ce type de film. Il a été interdit en février, le tribunal se plaignant que les scènes de sexe gay du film n’ont aucune «valeur artistique» et pourraient «accroître les tensions dans la société». Le film est un portrait de la relation entre deux hommes qui se rencontrent lors d’un rite d’initiation traditionnel. Les cinéastes ont contesté cette interdiction devant les tribunaux. Quelques semaines plus tard, cette interdiction a été levée et le film est retourné dans les cinémas, devenant ainsi le film sud-africain le plus populaire de l’année.

La constitution de l’Afrique du Sud est l’une des plus progressistes au monde. Il interdit la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et le mariage homosexuel est légal. Mais les préjugés et la violence anti-homosexuels sont encore courants.

La situation est bien pire dans des dizaines de pays africains, notamment au Kenya, où les relations sexuelles homosexuelles peuvent entraîner une peine de prison pouvant aller jusqu’à 14 ans.

Ce sujet continue d’être assez sensible, mais l’Afrique devrait-elle transformer ses lois en matière d’homosexualité ?

Beaucoup de chemin pour que l’Afrique change sa politique sur l’homosexualité et la pornographie ..

Chaque jour, on a l’impression d’entendre parler d’homophobie et de transphobie en Afrique, avec très peu d’endroits sur le continent qui se considèrent comme des refuges pour les personnes LGBTI.

Une nouvelle enquête portant sur plus de 50 000 personnes dans 33 pays a révélé que quatre Africains sur cinq n’aimeraient pas ou peu aimer avoir un voisin homosexuel.

Selon un nouveau rapport d’Afrobaromètre, une majorité de citoyens ont déclaré qu’ils aimeraient ou ne voudraient pas habiter à côté d’un LGBTI.

Le Cap-Vert était le meilleur avec 74%, suivi par l’Afrique du Sud avec 67%, le Mozambique avec 56% et la Namibie avec 55%. En Namibie, être gay est toujours un crime.

Afrique-Tolerance-Gay

Afrique-Tolerance-Gay

L’intolérance était répandue sur le reste du continent, Sénégal, la Guinée, l’Ouganda, le Burkina Faso et le Niger étant près de 100% contre cette idée. La question n’a pas été posée en Égypte, en Algérie et au Soudan car elle a été jugée trop «sensible».

Mais les attitudes changent lentement et sûrement. L’étude a révélé que les Africains plus jeunes et plus instruits étaient plus tolérants envers les homosexuels que les Africains plus âgés et moins éduqués.

Afrique Tolerance selon education pour les Gays

Afrique Tolerance selon education pour les Gays

Le rapport suggère qu’il est «possible que l’Afrique devienne progressivement moins homophobe avec le temps».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.